14 août 2016

Anthologie des Imaginales 2016 - Fées & Automates

2 comments

Auteur : Collectif

Édition : Mnémos
Parution : 2016

Pages : 288
Prix : 18,50 €

Genre : Fantasy, Nouvelles



Le thème de l’anthologie des Imaginales 2016 ose le face à face entre deux personnages archétypaux provenant de mondes différents. La fée, figure principale de la rêverie médiévale, du fantastique, de la fantasy, et l’automate, un produit de la culture quasi industrielle, de la pensée scientifique, de la science-fiction. Deux univers qui s’opposent sans doute, mais dont la rencontre est propice à l’imagination et fait jaillir des étincelles.

Les auteurs : Paul Beorn, Pierre Bordage, Charlotte Bousquet, Fabien Cerutti, Lionel Davoust, Jean-Claude Dunyach et Mike Resnick, Estelle Faye, Pierre Gaulon, Gabriel Katz, Nabil Ouali, Benoît Renneson, Adrien Tomas, Cindy Van Wilder.



C
ette année, je n'ai pas pu aller aux Imaginales, mais j'ai quand même eu la chance de recevoir un super cadeau de mes amis qui étaient sur place, qui m'ont offert l'anthologie dédicacée par tous les auteurs présents :) Malheureusement, malgré un thème alléchant, cette anthologie n'a pas su me convaincre : je suis même plutôt déçue par rapport à la manière dont le thème a été traité par les différents auteurs.

Mon sentiment à la fin de cette lecture, c'est que la plupart des auteurs ont eu du mal à réunir fées et automates dans une même histoire, ce qui a donné lieu à des histoires mal construites, ou alors déjà vues, sans surprises. Dans certaines nouvelles, on a du mal à identifier qui est l'automate ou la fée, ou alors l'une de ces deux créatures apparaît comme un cheveu sur la soupe, un peu comme un élément ajouté à la va-vite dans l'histoire, parce qu'il fallait bien coller au thème.

Bref, visiblement fées & automates ne font pas bon ménage, ou tout du moins, ils n'ont pas été une grande source d'inspiration pour les auteurs de cette anthologie.

Ce sentiment s'est installé dès ma lecture de la préface : l'anthologiste y développe peu le thème en question. Cette préface est plus un résumé qui cherche à appâter le lecteur qu'une réelle analyse du sujet. Mais étant donné que c'est la première anthologie de ce monsieur, c'est compréhensible

Pour commencer, je vais parler des nouvelles de certains auteurs, déjà familiers des anthologies des Imaginales, mais qui ne parviennent toujours pas à me convaincre totalement :

  • Pierre Bordage avec sa nouvelle auTOMate, propose une réflexion de fond intéressante, mais également beaucoup de clichés relatifs aux personnages, une conclusion pessimiste sur le genre humain, et une vision du couple et des relations hommes/femme très étrange, et rétrograde pour la femme... Je n'accroche décidément pas avec cet auteur et la manière dont il développe ses idées.  
  • Charlotte Bousquet avec le Rouet Noir : même si cela m'a donné envie de découvrir le monde de Jadis (un monde où tout est écrit et peut se lire dans le tarot !), heureusement que certains de mes co-lecteurs étaient là pour me parler un peu de cet univers. J'ai eu l'impression qu'il valait mieux être déjà familier de Jadis pour bien comprendre la nouvelle. Et alors que l'ambiance m'a beaucoup plu, que la nouvelle est joliment écrite (clairement, l'univers a un beau potentiel), l'intrigue m'a semblée creuse, et la fin bâclée... c'est vraiment dommage car au début de la nouvelle j'accrochais bien, et l'univers est vraiment attirant !
Viennent ensuite des auteurs que j'ai lus pour la première fois dans cette anthologie, mais dont la nouvelle ne m'a pas particulièrement convaincue non plus :

  • Benoît Renesson avec Le Comte et l'Horloger : la nouvelle se lit facilement, mais l'histoire est un peu trop simple et manque de peps. Le personnage principal (le comte) n'est pas très engageant et un peu trop cliché (le vieux grincheux qui vit seul dans son château et cache un secret) : l'ensemble n'est pas mauvais mais la nouvelle ne parvient pas à réellement marquer le lecteur.
  • Paul Béorn avec L'étalon : comme la nouvelle de Benoît Renesson, j'ai trouvé celle de Paul Béorn pas mauvaise dans le fond, et pourtant il manque vraiment quelque chose pour qu'elle sorte du lot. D'abord, elle manque de surprise, ensuite, les événements s’enchaînent assez mal, j'ai trouvé quelques incohérences et facilités dans ce récit. Pourtant, il y a des idées sympathiques, mais l'histoire avance trop rapidement, les transitions sont abruptes : je pense que l'auteur aurait pu faire quelque chose de meilleur en gardant les mêmes idées.
  • Nabil Ouali avec Al'Ankabut : j'avoue que j'ai été perdue sur cette nouvelle, je ne l'ai pas vraiment comprise. J'étais plus ou moins larguée du début à la fin : j'ai trouvé l'ambiance étrange, et pour moi elle est clairement en dehors du thème (je cherche encore qui est la fée). A mon sens, elle aurait été mieux placée dans une autre anthologie, sur le thème de la guerre par exemple.
  • Pierre Gaulon avec La Tour de Vanderville : une nouvelle que j'ai trouvée pas mal du tout, j'aime bien l'univers du cirque, qui se prête bien aux nouvelles et romans fantastiques et qui a déjà fait ses preuves dans ce genre. Mais ce qui est dommage justement ici, c'est le déroulement ainsi que la chute, qui sont trop prévisibles et gâchent un peu le reste, qui pourtant m'a bien plu.
Sur 13 nouvelles, je viens donc déjà d'en citer 6 qui manquent de quelque chose pour être marquantes / complètement réussies.

Viennent ensuite 3 nouvelles que je qualifieraient de sympathiques, et dont je connais déjà les auteurs :

  • Le Crépuscule et l'Aube de Fabien Cerutti : Une nouvelle qui se situe dans l'univers du Bâtard de Kosigan mais qu'on peut lire de manière totalement indépendante, même sans connaître les romans. La nouvelle a un petit air de Pinocchio que j'ai bien aimé :) Les transitions entre les personnages sont un peu trop nombreuses et rapprochées, ce qui donne un texte haché par moment, mais globalement c'est une nouvelle réussie ! Même si je préfère le personnage de Kosigan^^
  • L’Énergie du désespoir d'Adrien Tomas : Adrien Tomas alterne les points de vue pour faire avancer son histoire, comme dans Notre-Dame des Loups, et j'adore ça. Il maîtrise très bien ce type de narration je trouve :) L'auteur y développe un vrai univers et une petite touche d'humour bienvenue (notamment un des personnages qui a des répliques graveleuses à plusieurs reprises^^), car le fond en lui-même est plutôt sombre. La nouvelle traite réellement du thème et j'ai bien aimé le lien automate/fée imaginé par l'auteur. 
  • Magie de Noël de Gabriel Katz : On retrouve bien ici la touche d'humour perso de l'auteur : j'ai beaucoup aimé découvrir le 16ème arrondissement de Paris dans une version malfamée dans laquelle on trouve des fées de contrebande ! Les idées sont originales, mais il y a des moments où ça coince : des incohérences dans l'intrigue, et surtout une fin trop rapide, avec le sentiment que l'auteur a voulu finir trop vite cette nouvelle. Une petite pointe de déception sur cette fin donc, malgré d'autres points positifs.

Je finis sur les 4 nouvelles qui sortent du lot selon moi sur cette anthologie :

  • Smoke and mirrors d'Estelle Faye : Plus je lis les nouvelles de l'auteur, plus je me dis qu'elle a du talent à la fois pour écrire des romans (one-shot ou sagas d'ailleurs) et des nouvelles. Une fois de plus, Estelle Faye mêle l'univers de la scène à un récit fantastique : la nouvelle nous parle du prix de nos rêves, tout en rentrant dans le thème de l'anthologie, et montre l'évolution de notre monde, vers plus de technologie et moins de merveilleux, mais aussi vers un monde plus individualiste. Mais je n'en dit pas trop pour vous laisser le plaisir de la lecture, et apprécier l'évolution au fil des personnages rencontrés dans la nouvelle.
  • Son dernier coup d'échecs de Jean-Claude Dunyach & Mike Resnick : Même si je n'ai toujours pas trouvé où était la fée, le thème de l'automate est bien traité, avec quelques points d'humour mais dans le fond un sujet sérieux, une vraie fin réussie, et un ensemble qui m'a fait penser au Joueur d'échec de Zweig (que j'avais adoré).
  • Tsimoka de Cindy Van Wilder : Une nouvelle qui prend place dans l'univers des Outrepasseurs, mais qui peut se lire indépendamment, et qui se passe d'ailleurs avant l'intrigue des Outrepasseurs. L'auteur y développe son univers dans lequel les humains co-existent dans le savoir avec les fés, et raconte joliment la rencontre entre ces deux mondes. Le texte colle parfaitement au thème, et même si j'aimerais voir Cindy sortir de son univers pour proposer autre chose, la nouvelle est bien construite et m'a fait passer un bon moment !
  • Le plateau des chimères de Lionel Davoust : Une nouvelle de plus dans l'univers d'Evanegyre, et qui me fait penser : "mais comment ça se fait que je n'ai pas encore lu La Route de la Conquête ?" (qui est dans ma PAL). Une nouvelle réussie, entre SF et fantasy, et dont je n'ai pas vu venir la fin !



Même si certaines nouvelles sortent du lot et que d'autres sont sympathiques, dans l'ensemble j'ai trouvé que cette anthologie était très moyennement réussie. Il lui manque une vraie cohérence, une résonance entre les textes, et surtout des textes plus aboutis qui traitent véritablement le thème, et non des histoires bricolées afin d'y insérer une fée et un automate pour pouvoir figurer au sommaire. Je suis un peu dure, mais c'est vraiment mon ressenti, et c'est la première fois que je suis déçue comme ça d'une anthologie des Imaginales. Peut-être que le duo fée/automate était moins naturel que d'autres, ou peut-être aussi que l'univers de la fée n'est pas si facile à maîtriser. En tout cas, je regrette qu'on n'y trouve pas plus de textes marquants, même si aucun n'est véritablement mauvais. Merci quand même aux auteurs de s'y être essayés !

5,5/10


Cette lecture a été réalisée en commun avec quelques blogueurs. Voici l'avis de mes co-lecteurs : Blackwolf, MarieJuliet, Snow, Rose

2 commentaires:

  1. J'avoue que pour les souvenirs je me suis concentrée sur celles que j'ai le plus aimées.
    En tout cas cette lc était bien sympa.

    RépondreSupprimer
  2. Je note l'idée de présenter crescendo, au final il y a plus qui entre dans la catégorie pas mal + :)

    RépondreSupprimer